Chargement sécuritaire au port : quelles dispositions pratiques ?

Sommaires

À travers le monde, les transactions maritimes deviennent si importantes qu’on peut remarquer quelques fois des débordements au niveau des ports internationaux. Cela explique les dispositions légales initiées par l’Organisation Maritime Internationale depuis 2002 à la suite des attaques terroristes aux États-Unis.

Ces dispositions entendent réguler et sécuriser les échanges portuaires. Mais plus que des textes, quelles dispositions pratiques sont appropriées à la sécurité des transports et à l’accueil des marchandises venant d’outre-mer ?

Installations portuaires aux normes internationales

Les installations portuaires sont les premières garantes d’un bon accueil et d’un chargement sécuritaire des produits à transiter. Pour un chargement sécuritaire dans les ports internationaux, un espace comme le quai de chargement à Montréal par exemple doit être suivi par des experts qui élaborent un plan de sûreté.

En rapport avec les règlements de l’OMI, le plan de sûreté aide notamment à mettre en place un plan systématique pour restreindre l’accès des personnes et des véhicules aux quais de chargement et de déchargement.

De même, il permet de contrôler l’introduction des marchandises interdites et frauduleuses comme les armes, certaines substances issues du cannabis ou encore d’appliquer des mesures de sécurité particulières si elles sont autorisées.

Faire respecter les consignes sécuritaires

Les plans de sûreté diffèrent notamment d’un port à un autre. Les règlementations au niveau d’un port ont donc besoin d’être strictement respectées pour préserver un environnement sécuritaire de chargement.

Pour une opération de chargement et de déchargement, on conçoit généralement un plan de prévention à partir d’une étude d’évaluation des risques de l’opération. Dans le cas du déchargement sur le quai des produits d’une entreprise extérieure, le protocole de sécurité remplace le plan de prévention.

Le respect de ce protocole est le gage de sécurité sur le quai de chargement. En effet, il est un document écrit qui renseigne sur l’évaluation des risques de l’opération et décrit les phases d’accomplissement de cette dernière.

Dans le détail, le protocole de sécurité renseigne sur toutes les mesures sécuritaires adaptées à l’exécution efficace de l’opération. Il est donc conçu en amont du chargement ou du déchargement et permet de limiter la forte présence physique de tous les employés de l’entreprise.

Assurer une formation minimale au personnel en mer

Les gens en mer qui se chargent des marchandises sont appelés à recevoir une formation minimale pour bien s’acquitter de leur devoir sans courir de grands risques. Selon les normes de la convention STCW révisée en 2010, la formation a pour but de définir clairement la voie hiérarchique de signalisation des incidents.

Elle est également destinée à faire acquérir au personnel une conscience vive de sa responsabilité dans la sûreté du port et des tâches qui lui reviennent suivant les secteurs d’activité. Le texte invite finalement à offrir des formations spéciales aux personnes qui devront assumer des fonctions spécifiques.

Enfin, il est important d’associer la compétence des personnes en mer à la compétence du personnel du quai et du port en général pour assurer un travail d’ensemble. Le travail concerté permet de produire des résultats efficaces dans le cadre de la sécurité générale du port et des transits.

A propos

Entrailles.fr est un blog d’actu dans lequel j’exprime mon avis sur tout un tas de sujets délicieux. Et dieu sait que je suis érudite voire à la limite de l’omniscience, donc on fait souvent le grand écart!

N’hésitez pas à me contacter dans les commentaires, je ne mords pas, hihi (quoique) 😉