Sex-shop : Tabou ou tendance ? Découvrez l’évolution du marché et des mentalités

Sommaires

Depuis leur apparition dans les années 1970, les sex-shops ont connu une évolution importante. Que ce soit en termes de produits proposés ou d’image véhiculée, ces commerces ont connu de nombreux changements. Voyons ensemble comment le marché et les mentalités se sont transformés pour offrir aujourd’hui un lieu sans tabou.

Les origines du sex-shop

Les premiers magasins spécialisés dans la vente de produits érotiques s’ouvrent aux États-Unis à la fin des années 1960. Ces boutiques n’ont pas la même image qu’aujourd’hui et sont considérées comme des lieux illicites. En Europe, le premier sex-shop apparaît à Paris en 1972. Il se nomme « L’Exposition Internationale du Film érotique » et est tenu par Jean-Jacques Lefrère. Son objectif est de faire découvrir aux visiteurs des films érotiques.

À l’époque, le terme « sex-shop » est associé à une mauvaise image. Les clients sont plutôt des hommes qui se rendent dans ces magasins pour acheter des produits interdits ou considérés comme déviant. Les femmes ne sont pas les bienvenues et sont même parfois mises à l’écart.

Une image plus positive

Au fil des années, les sex-shops voient leur image se transformer. Les produits proposés sont de plus en plus variés et sont destinés à tous les publics, hommes et femmes. De plus, l’offre s’étend aux produits non-sexuels comme les livres, les jeux et les accessoires.

Le design des magasins a par ailleurs changé. Les commerces sont devenus plus modernes et accueillants. L’atmosphère est moins pesante et la devanture des boutiques est moins voyante. Les clients sont plus à l’aise et peuvent acheter sans honte des produits qui ne sont plus considérés comme des objets interdits.

Une prise de conscience

Cette évolution s’explique notamment par la prise de conscience des clients sur les effets du tabou qui entoure le sex-shop. Les clients réalisent que l’utilisation de produits érotiques peut être une source de plaisir et d’amusement et qu’il n’y a pas de honte à en acheter.

Les sex-shops ont par ailleurs réussi à se démocratiser grâce à l’utilisation d’Internet. Les clients peuvent acheter des produits sans avoir à se rendre physiquement dans un magasin et sans craindre le regard des autres. Cette prise de recul et cette liberté permettent aux clients de se sentir plus à l’aise et de s’exprimer librement.

Les sex-shops aujourd’hui

Aujourd’hui, les sex-shops sont devenus des lieux sans tabou. Ils sont visités par toutes sortes de personnes, hommes et femmes, qui viennent acheter des produits érotiques pour leur usage personnel ou pour offrir à leur partenaire. Les sex-shops proposent par ailleurs des accessoires et des produits originaux qui font le bonheur des couples.

De plus, les sex-shops sont devenus des lieux où l’on peut discuter ouvertement des sujets liés à la sexualité sans tabou. Les vendeurs sont souvent formés pour pouvoir répondre aux questions des clients et les conseiller sur les produits appropriés.

Un marché en pleine expansion

Le marché des sex-shops est en pleine expansion et il n’est pas près de s’arrêter. Les produits proposés sont de plus en plus variés et originaux, ce qui permet aux clients d’explorer leurs fantasmes sans honte ni tabou.

Les sex-shops sont donc devenus des lieux où chacun peut trouver ce dont il a besoin pour satisfaire sa curiosité ou son envie. Fini le temps où ces commerces étaient considérés comme des endroits honteux, ils sont aujourd’hui acceptés par la majorité des gens.

Le sex-shop : une activité agréable pour tous

Le sex-shop est un marché en pleine expansion qui a su se démocratiser et évoluer au fil des années pour offrir aujourd’hui un lieu sans tabou aux adeptes de produits érotiques. Les clients peuvent y trouver ce dont ils ont besoin pour satisfaire leurs envies sans honte ni tabou, ce qui en fait une activité agréable pour tous.

A propos

Entrailles.fr est un blog d’actu dans lequel j’exprime mon avis sur tout un tas de sujets délicieux. Et dieu sait que je suis érudite voire à la limite de l’omniscience, donc on fait souvent le grand écart!

N’hésitez pas à me contacter dans les commentaires, je ne mords pas, hihi (quoique) 😉